Le lac de Cécélès vers Saint-Mathieu-de-Tréviers

Vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus
Lac de Cécélès St-Mathieu-de-Tréviers

Le lac de Cécélès, vers St-Mathieu-de-Tréviers, est une retenue d’eau artificielle qui se trouve dans une propriété privée située au milieu de la nature dans un cadre naturel et sauvage

Notre balade démarre du couvent des Dominicaines de Sainte Marie des Tourelles,"une communauté de sœurs et de laïcs, ouverte à tous ceux, croyants ou incroyants, pour un temps de silence, de réflexion, de recherche du sens de leur vie, et qui désirent approfondir leur foi et la célébrer avec des frères et des sœurs ..." et nous amènera jusqu'aux eaux émeraude de ce lac si sauvage et si paisible...

Notre balade démarre du parking (public et gratuit) du Couvent des Dominicaines des Tourelles, chemin des Combes

Pour y accéder, il faut prendre la route entre Assas et Saint-Mathieu-de-Tréviers (accessible aussi par le LIEN), le chemin qui y mène est à environ 800 mètres de Saint-Mathieu-de-Tréviers

En sortant du parking, nous prenons à droite en direction des bâtiments du couvent

Le site est calme et serein, les gens sont venus ici pour une retraite spirituelle, nous respectons donc la tranquillité des lieux

Au bout de 200 mètres, une petite pancarte nous invite à prendre un petit sentier tout fleuri qui démarre à notre gauche

Entre autres, nous découvrons plusieurs massifs de Coronille

60 mètres plus loin, notre chemin est fermé par une chaîne, nous la franchissons et sommes sur une piste que nous prenons par la droite

Elle monte (c'est parfois un peu raide !) sur 1.280 mètres

Alors que notre chemin est beaucoup plus plat, nous admirons "notre" Pic-Saint-Loup avec le château de Montferrand et l'Hortus qui apparaissent entre les pins

Au bout de 700 mètres de piste "assagie", nous remarquons un petit sentier sur notre droite, nous l'ignorons et continuons sur notre piste

En fait, il conduit à une vue sur le lac de Cécélès, mais il est très pentu

360 mètres plus loin, nous arrivons à une croisée de plusieurs chemins, nous prenons le premier à notre droite (attention il y en a deux parallèles, bien prendre le premier)
Notre chemin descend tranquillement et nous offre des vues sur l'Hortus, le Mont-Aigoual (enneigé au moment de notre reconnaissance en fin mars), la Seranne, les rochers de Corconne, puis Sainte-Croix-de-Quintillargues 

1.050 mètres plus loin, un chemin démarre à notre droite, nous le prenons

Attention : il est empierré et descend un peu raidement

Au bout de 170 mètres, nous quittons notre chemin pour prendre un sentier qui démarre à notre droite

Il est plat et serpente très agréablement dans la végétation

190 mètres plus loin, nous arrivons sur une vigne, que nous contournons en la longeant par la gauche

Au bout de 220 mètres, nous arrivons sur une piste large, que nous prenons par la droite

170 mètres plus loin, nous prenons le chemin qui démarre sur notre droite et allons en direction de la forêt

100 mètres plus loin, nous prenons à gauche et longeons la forêt

Et tandis que notre sentier serpente agréablement parmi la végétation, nous voyons apparaître parmi les pins le vert émeraude du lac de Cécélès

580 mètres plus loin, nous arrivons au bord du lac

Nous le longeons pendant 600 mètres jusqu'à son barrage (c'est un lac artificiel), l'occasion de faire quelques photos

Du barrage, nous faisons demi-tour et reprenons notre chemin par la gauche

Au bout de 240 mètres, nous ignorons le sentier à gauche, qui amène au parking de la guinguette des Amoureux, restaurant atypique dont la terrasse surplombe le lac

460 mètres plus loin, nous continuons tout droit

Le Pic-Saint-Loup, le château de Montferrand et l'Hortus apparaissent devant nous

Au bout de 400 mètres, nous arrivons sur la petite route qui mène au couvent, nous la prenons par la droite, le parking où nous attend sagement notre véhicule est à une soixantaine de mètres de là

Nous effectuons notre reconnaissance aux premiers jours du printemps, la nature se réveille et nous rencontrons des asphodèles qui commencent leur floraison, du muscari en grappe (ou muscari-raisin), du grémil ligneux et des massifs de coronilles, un pur bonheur pour les abeilles !

En conclusion

Une très agréable balade de 6.80 kilomètres, en forêt avec des jolis panoramas, puis au bord de l'eau et parmi les pins et les arbousiers 

Cet itinéraire, qui ne présente pas de difficulté, sinon une petite descente de 170 mètres un peu raide, peut être très aisément fait en famille !

Attention : cette balade que nous vous proposons est le résultat de nos reconnaissances, elle n'est pas balisée...