L'aqueduc de Castries
(vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus)

Au détour d’une ruelle dans le village, vous le verrez forcément : le fameux aqueduc de Castries, qui mène au château... magnifique !

C’est le plus important ouvrage hydraulique exécuté en France pour un particulier
Imaginé par Pierre-Paul-Riquet, l’audacieux ingénieur du Canal du Midi, construit de 1670 à 1676 pour amener au château l’eau de la source de Fontgrand, il est long de 6.822 mètres pour une déclivité de seulement 3 mètres et ses arches dépassent au plus haut les 20 mètres 
Elles reposent sur des piles épaisses de 9 mètres de diamètre sur lesquelles serpente une rigole qui suit un tracé capricieux
L'aqueduc comporte également une partie souterraine de 100 mètres de long
La balade démarre du dojo Emile Mazaudier, qui est au fond de l’impasse des romarins à Castries
Il y a plusieurs places de stationnement, qui sont gratuites !
Nous repérons et empruntons le petit sentier dans l’angle gauche du bâtiment

Au bout de 130 mètres apparaît l'aqueduc, nous bifurquons à droite sur la piste

Elle suit l'aqueduc

A quelques dizaines de mètres, nous repérons à gauche une petite pancarte "attention chute de pierres", nous passons sous les arches par une petite sente qui rejoint une piste DFCI (Défense des Forêts Contre l'Incendie)
Nous poursuivons par la gauche cette piste ombragée
Au bout de 450 mètres, il y a un embranchement avec un panneau sur la droite indiquant "Chemin de la Capelette", nous l'empruntons, c’est un chemin qui serpente en pente très douce parmi les pins
A environ 550 mètres après la bifurcation, apparaît sur la gauche une sorte de mausolée
Il s’agit en fait d’une capelette, c’est-à-dire une petite chapelle, qui a une légende : dans le courant du 18ème siècle, un jeune couple avec son bébé été pris en pleine garrigue et en pleine nuit noire dans la tourmente d'un orage d'une rare violence
Pris de peur, ils prièrent Dieu de les aider à trouver un abri et de les épargner de ce terrible orage 
Au détour du chemin, une capitelle (un abri de berger) se présenta à eux et ils s’y abritèrent
Ils remercièrent Dieu et la Vierge Marie de les avoir protégés et jurèrent de revenir transformer cette capitelle en capelette
Nous reprenons notre balade, un peu plus loin apparaît tout un cheminement de pierres alignées sur le sol
Comme indiqué en début de ce descriptif, l’aqueduc comporte une partie souterraine de 100 mètres de long
Et donc, à cet endroit, l’aqueduc est enterré au ras du sol, nous sommes sur son sommet, mais sans le vertige et en toute sécurité ! Le suivre amènerait très rapidement sur les grandes arches, à plus de 20 mètres au-dessus du sol !

Nous continuons à suivre la piste jusqu'à un carrefour en Y, nous prenons l'embranchement de droite qui monte légèrement, puis redescend pour rejoindre un carrefour (à 650 mètres de la capelette) où nous bifurquons sur la gauche pour prendre un beau chemin bordé de grands platanes

À la fin de cette allée de platanes de 300 mètres, nous continuons le chemin principal sur la droite (nous suivons le panneau "Domaine de Fondespierre"), puis nous prenons à nouveau à droite, le chemin est balisé en jaune

Sur environ un kilomètre, notre chemin longe une belle oliveraie (de 1.000 oliviers, gérée par une association locale) jusqu'à une fourche où il faut poursuivre à droite

Bien évidemment, nous prenons également le temps d'admirer notre environnement :

Apparaît le domaine de Fondespierre, qui est un ancien mas de l’époque gallo-romaine bâti (comme l’aqueduc) en pierre de Castries. Avec ses 130 hectares, il est désormais consacré à diverses activités éducatives (rucher-école, sentier botanique, centre de formation), sportives (tennis, parcours de santé, équitation) et de loisirs
Il comprend aussi des parcelles de jardins familiaux et une appréciable aire de pique-nique, qui permet de se restaurer et se désaltérer
A 300 mètres nous bifurquons à droite (panneau "Castries") et 350 mètres plus loin nous restons tout droit (panneau "réseau vert / Clapiers / St Sauveur"), si nous suivions le panneau "Castries" nous arriverions bien loin du parking !
Nous continuons ensuite le chemin pendant 400 mètres en suivant les ronds bleus sur les arbres, puis nous bifurquons à gauche à l'intersection, l'aqueduc ré-apparaît, mais cette fois par l’autre côté

Il n’y a plus qu’à le longer pendant 600 mètres pour retrouver à gauche notre chemin qui nous ramène jusqu’au parking du dojo

Cette très agréable balade parmi les pins et les oliviers fait 5.2 km, sa seule difficulté est de ne pas se tromper de chemin, car il y en a plusieurs qui se croisent...